Historique de la vaccination

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Publié le
Mis à jour le

L’idée de prévention des maladies par manipulation de leur substrat a anticipé de loin la théorie infectieuse (bactériologie) des maladies. L’inoculation des pustules de la variole est une pratique ancienne observée dans de nombreux pays dont l’Inde, la Chine et l’empire ottoman depuis des centaines d’années. À la fin du XVIIIe siècle, c’est un médecin anglais, Edward Jenner, qui utilise la vaccine, une affection des bovins, pour prévenir la variole – d’autres que lui en milieu rural avaient observé que le personnel ayant contracté la vaccine au contact des vaches était protégé de la variole en cas d’épidémie. En tant que médecin, il put diffuser cette constatation empirique qui donna lieu à de véritables campagnes de « vaccination » dans de très nombreux pays dans le monde, avec la bénédiction des dirigeants.

L’hypothèse implicite était que la vaccine était une maladie animale bénigne proche de la variole et capable de provoquer un état réfractaire à une maladie grave et purement humaine.

Un pas de plus est fait avec Pasteur lorsqu’il propose, en 1880, l’idée « d’atténuation de la virulence » en laboratoire. Il en expérimente de nombreuses applications comme le vaccin contre le charbon (1883) et la rage (1885). Il élit le terme général de « vaccination » en hommage à Jenner pour les désigner. Par la suite, de nombreux autres vaccins sont expérimentés : vaccins « tués » ou « inactivés » comme les vaccins typhoïdique et cholérique (1896), anticoquelucheux (1923), anatoxines ou toxines neutralisées de la diphtérie (1923) et du tétanos (1926), vaccins « vivants atténués » tels que le BCG (1921), la fièvre jaune (1936), etc. (tableau 1).

Xe au XIXe siècle

Inoculation de la variole

XVIIIe siècle

1798

Variole

XIXe siècle

1885

Rage

1886

Typhoïde
Choléra

XXe siècle

1923

Anatoxine diphtérique
Coqueluche

1921-1924

BCG

1926

Anatoxine tétanique

1936

Fièvre jaune

1945

Grippe

1955

Poliomyélite

1963

Rougeole

1967

Oreillons

1969

Rubéole
Infections à méningocoques

1980

Haemophilus influenzae b

1981

Hépatite B

1983

Infections à pneumocoque

1992

Encéphalite japonaise

1995

Varicelle, hépatite A

1998

Rotavirus

XXIe siècle

2005

Zona

2006-2007

Papillomavirus

2015-2016

Dengue

Télécharger et imprimer ce tableau

Des stratégies vaccinales peuvent ainsi être développées à l’échelle des populations. Associées à d’autres moyens de contrôle des maladies transmissibles, elles permettent notamment d’obtenir l’éradication de la variole en 1978 et de réduire de façon spectaculaire l’incidence de certaines maladies infectieuses (tableau 2). Des progrès sont réalisés dans la connaissance des antigènes bactériens ou viraux, permettant la production de vaccins utilisant des sous-unités des agents pathogènes. Les techniques modernes de cultures, utilisant les ressources du génie génétique et de l’immunologie, permettent de perfectionner les vaccins en limitant leurs effets secondaires.

Tableau 2. Impact épidémiologique, en France, des vaccinations introduites dans le calendrier vaccinal du nourrisson avant les années 2000.

Maladie ou infection

Nombre de cas annuel avant l'introduction de la vaccination (*)

Nombre de cas annuel actuel (*)

Diphtérie

45 500 cas déclarés
(1945)

0

Tétanos

850 décès déclarés
(moyenne 1946-1950)

3
(moyenne 2005-2016)

Poliomyélite paralytique

1 700 cas déclarés
(moyenne 1950-1954)

0

Rougeole

500 000 à 600 000
(avant 1980)

40 à 15 000
(2006-2016)

Rubéole chez des femmes enceintes

190
(moyenne 1976-1980)

9
(moyenne 2011-2015)

Méningites à Haemophilus influenzae b chez les enfants de moins de 5 ans

600
(avant 1990)

< 3
(moyenne 1999-2015)

(*) Année(s) de référence ou période de référence ayant permis d'établir une moyenne du nombre de cas annuel
NB : les données disponibles ne permettent pas, en particulier chez les enfants, de faire figurer la coqueluche, les oreillons et l'hépatite B dans le tableau.
Source : Santé publique France

Télécharger et imprimer ce tableau

Pour en savoir plus

  • Barnéoud L. L’Aventure de la vaccination. Science et Vie, Hors-Série n° 277, 2016 : p. 6-17.
  • Moulin A.M. (dir.). L’Aventure de la vaccination. Paris : Fayard, coll. Penser la médecine, 1996 : 498 p.
  • Perrot A., Schwartz M. Le génie de Pasteur au service des poilus. Paris : Odile Jacob, 2016 : 288 p.
  • Sansonetti P. Vaccins : Pourquoi ils sont indispensables. Paris : Odile Jacob, 2017 : 224 p.
  • Schwartz M., Perrot A (dir.). Louis Pasteur, Le visionnaire. Catalogue officiel de l’exposition. Edition de la Martinière, 2017 : 192 p.

Sur le même sujet

Bénéfices de la vaccination
Nouveaux modes de production
Vaccins en développement (à venir)