Leptospirose

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Publié le

Les cas de leptospirose survenus en France sont le plus souvent associés à des activités de loisirs : baignade en eau douce, canotage, pêche, kayaking, canyoning, contact avec des animaux domestiques. Dans les régions et collectivités d’outre-mer, la leptospirose est plus fréquente avec une incidence 5 à 80 fois supérieure à celle de métropole. La vaccination contre la leptospirose peut être recommandée au cas par cas par le médecin ou le médecin du travail (maladie professionnelle), après évaluation individualisée du risque.
La leptospirose est une zoonose due à des bactéries spiralées, les leptospires, dont il existe de très nombreuses espèces. Le sérogroupe le plus souvent responsable de forme sévère est Leptospira interrogans Icterohaemorrhagiae. Elle est transmise à l’homme par contact cutané sur peau lésée (plaies y compris morsure ou macération) ou par contact muqueux avec les urines d’un animal infecté ou avec un environnement humide ou une eau douce contaminée par ces urines.

Le réservoir animal est composé d’espèces animales très diverses. Ainsi, il existe des animaux porteurs asymptomatiques, principalement les rongeurs, et des animaux sensibles tels que le bétail (avortements, perte de production de lait) et les chiens (formes sévères pouvant entraîner la mort). Il existe une spécificité d’hôtes vis-à-vis de certains sérovars.

L’animal excrète les leptospires dans ses urines et contamine ainsi l’environnement hydrique, propageant la maladie à d’autres animaux ou à l’homme.

Les leptospires persistent dans le milieu extérieur, notamment dans l’eau, les boues dans des conditions environnementales favorables (pH neutre ou légèrement alcalin, à l’abri des UV, etc.). Leptospira interrogans du sérogroupe Icterohaemorrhagiae, agent responsable de la majorité des formes les plus sévères, a pour hôte préférentiel le rat. C’est vis-à-vis de ce seul sérogroupe qu’a été développé un vaccin.

Clinique

La durée d’incubation moyenne est de dix jours (deux à vingt et un jours). Les manifestations cliniques sont diverses et de gravité variable depuis la forme fébrile anictérique, observée dans la grande majorité des cas, jusqu’à la forme la plus grave ictéro-hémorragique pouvant aboutir à une défaillance multiviscérale potentiellement mortelle (insuffisance hépatorénale, hémorragies viscérales, etc.). En l’absence de traitement, la létalité peut alors atteindre 20%.

Épidémiologie

De nombreuses espèces animales peuvent être des réservoirs de leptospires : rats, chiens, porcs, bétail, etc. L’exposition à des eaux douces, lors de loisirs ou d’activités professionnelles, et le contact avec des animaux infectés sont les principaux facteurs de risques de transmission. La leptospirose figure aux tableaux des maladies professionnelles n° 19 (régime général) et n° 5 (régime agricole). Les cas survenus en France sont le plus souvent associés à des activités de loisirs (baignade en eau douce, canotage, pêche, kayaking, canyoning, contact avec des animaux domestiques).

Le nombre de cas annuel de leptospirose humaine dans le monde est estimé à plus d’un million avec une létalité d’environ 6%.

Si la maladie reste rare en France métropolitaine, une hausse du nombre de cas de leptospirose a été récemment observée, de 300 cas par an habituellement, à plus de 600 cas depuis 2014, avec une incidence annuelle autour de 1 cas pour 100 000 habitants. En France métropolitaine, 592 cas ont été recensés en 2016 correspondant à une incidence de 0,9 cas pour 100000 habitants, d’après le Centre national de référence (CNR) des leptospiroses. Le sérogroupe Icterohaemorrhagiae représente 25 à 40% des cas pour lesquels la détermination du sérogroupe est effectuée.

Dans les régions et collectivités d’outre-mer, la leptospirose est plus fréquente avec une incidence 5 à 80 fois supérieure à celle de la métropole (voir figure ci-dessous). Aux Antilles, en Guyane et à La Réunion, le sérogroupe Icterohaemorrhagiae y est responsable de la majorité des cas. Pour Mayotte, on observe une prédominance du sérogroupe Mini et une absence du sérogroupe Icterohaemorrhagiae. Les souches circulant dans ces territoires ne sont généralement pas couvertes par le vaccin.

Télécharger et imprimer ce graphique

Le vaccin contre La leptospirose

RECOMMANDATION GÉNÉRALE

La vaccination contre la leptospirose peut être recommandée au cas par cas par le médecin après évaluation individualisée du risque, notamment en cas de pratique régulière et durable d’une activité de loisirs exposant spécifiquement au risque de contact fréquent avec des lieux infestés par des rongeurs lors d’activités de loisirs :

  • baignade, plongée ou pêche en eau douce ;
  • canoë-kayak, rafting, triathlon et autres sports de nature, notamment ceux qui font intervenir des contacts fréquents avec un environnement humide.

RECOMMANDATIONS PARTICULIÈRES

EN MILIEU PROFESSIONNEL

La vaccination contre la leptospirose est recommandée au cas par cas par le médecin du travail après évaluation individualisée du risque, aux personnes qui exercent une activité professionnelle exposant spécifiquement au risque de contact fréquent avec des lieux infestés par les rongeurs :

  • curage et/ou entretien de canaux, étangs, lacs, rivières, voies navigables, berges ;
  • activités liées à la pisciculture en eaux douces ;
  • travail dans les égouts, dans certains postes de stations d’épuration ;
  • certaines activités en eaux douces pratiquées par les pêcheurs professionnels, plongeurs professionnels et gardes-pêche ;
  • secourisme en zones d’inondation ou de tremblement de terre ;
  • certaines activités spécifiques outre-mer (orpaillage, culture de la canne à sucre, etc.).

POUR LES VOYAGEURS

La vaccination peut également être proposée au cas par cas, après évaluation précise des risques, aux voyageurs (adultes et enfants) se rendant régulièrement ou durablement dans des lieux éloignés à haute prévalence de la leptospirose : randonneurs en zones de rizières, rafters, plongeurs en eau douce, secouristes intervenant en zones d’inondation ou de tremblement de terre.

SCHÉMA DE VACCINATION

Adultes

  • Primovaccination : 2 injections à quinze jours d’intervalle.
  • 1 rappel quatre à six mois plus tard, puis tous les deux ans si l’exposition persiste.

Le vaccin ne protège que contre Leptospira interrogans du sérogroupe Icterohaemorrhagiae. Son efficacité est considérée comme bonne. L’immunité contre la leptospirose est en règle générale acquise quinze jours après la 2ème injection et dure en moyenne deux ans après le premier rappel.

La protection croisée entre les sérovars Icterohaemorrhagiae et Copenhageni a été démontrée par des données précliniques.

Le vaccin disponible en France est le vaccin inactivé Spirolept®. Il contient 200 millions d’unités de Leptospira interrogans du sérogroupe Icterohaemorrhagiae par dose de 1 ml.

Nom commercial*

Spirolept®

Maladies
concernées

Leptospirose

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Adultes
Remboursement** Non pris en charge par l’assurance maladie**
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement

Spirolept®

Leptospirose

Monovalent Adultes Non pris en charge par l’assurance maladie**

*Cliquer sur le nom du vaccin pour obtenir plus d’informations.

**Certaines complémentaires-santé (mutuelles) proposent des formules comprenant le remboursement de ce vaccin.

Il convient de se référer au résumé des caractéristiques du produit (RCP) de ce vaccin, disponible sur le site de la base de données publique des médicaments, pour connaître l’ensemble des contre-indications.

Le vaccin est contre-indiqué en cas d’hypersensibilité à l’un de ses composants.

La vaccination doit être différée en cas de maladie fébrile ou d’infection aiguë.

Il convient de se référer au résumé des caractéristiques du produit (RCP) de ce vaccin, disponible sur le site de la base de données publique des médicaments, pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Dans les trois jours suivants l’administration par voie sous-cutanée du vaccin, des réactions transitoires au site d’injection prédominent (40 à 60%). Ce sont essentiellement des érythèmes. Les réactions systémiques passagères observées à type de fièvres, céphalées, malaises, vertiges, nausées, myalgies, paresthésies et urticaires sont moins fréquentes (0 à 4%).

Les effets indésirables doivent être déclarés au centre régional de pharmacovigilance correspondant au lieu d’exercice du médecin traitant/spécialiste du patient.

Depuis le 13 mars 2017, les professionnels de santé ou les usagers peuvent également signaler en quelques clics aux autorités sanitaires tout événement indésirable sur le site signalement-sante.gouv.fr, dont les effets indésirables, incidents ou risques d’incidents liés aux produits de santé.

Le vaccin contre la leptospirose est prescrit par un médecin.

Il est disponible en pharmacie et doit être conservé au réfrigérateur entre + 2° C et + 8° C. Il ne doit pas être congelé.

La vaccination peut être réalisée par un médecin ou, sur prescription médicale, par un infirmier. Elle peut également être réalisée dans un centre de vaccinations internationales. Dans ce cas, la prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place.

La vaccination réalisée dans le cadre de la médecine du travail est prise en charge par l’employeur. En dehors de ce cadre, cette vaccination n’est pas prise en charge par l’assurance maladie. Les complémentaires-santé (mutuelles) peuvent éventuellement prendre en charge tout ou une partie des frais si le contrat souscrit le prévoit.

Le vaccin doit être administré lentement par voie sous-cutanée.

À savoir
Afin de savoir s’il existe des difficultés d'approvisionnement de vaccins, consultez la rubrique dédiée sur le site Internet de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Administration avec d’autres vaccins

En l’absence d’études, il est recommandé de respecter un délai de trois semaines entre cette vaccination et toutes les autres.