Patient présentant une maladie neurologique ou neuromusculaire

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Publié le

Les progrès accomplis dans le domaine de l’immunologie ont permis de montrer que certaines maladies chroniques couramment présentes en patientèle de médecine générale (telles que l’insuffisance rénale, les hépatopathies, les maladies respiratoires chroniques, les cardiopathies et le diabète) entraînent des altérations subtiles de l’immunité. Les infections sont plus fréquentes et souvent plus sévères chez les patients qui en sont atteints. Dès lors, il est important d’essayer, dans cette population, de prévenir les infections ou au moins d’en amoindrir la sévérité.

La vaccination fait partie des mesures prophylactiques disponibles et s’avère essentielle chez ces patients. Il est donc capital que le professionnel de santé connaisse les recommandations de vaccination dans ces populations à risque. La vaccination de l’entourage constitue également une mesure essentielle de protection.

Vaccination d’un patient présentant une pathologie neurologique ou neuromusculaire

Chez les patients présentant une maladie neurologique chronique (sclérose en plaques, accident vasculaire cérébral, tumeur cérébrale, épilepsie, démence de type Alzheimer ou autre, etc.) ou une maladie neuromusculaire (myopathie, myasthénie, etc.), la survenue d’une infection est un facteur de risque de poussées ou d’aggravation. Par ailleurs, l’existence de troubles de la déglutition augmente le risque de pneumopathie.

De ce fait, il est recommandé que ces patients reçoivent, en plus des vaccinations habituelles de la population adulte (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, etc.), une vaccination contre la grippe et les infections à pneumocoque.

Vaccination de l’entourage

La vaccination de l’entourage des sujets présentant une maladie chronique – personnel soignant, personnes vivant sous le même toit ou en contact étroit – est primordiale afin d’éviter la transmission des infections à ces patients chez lesquels la vaccination n’est pas aussi efficace que chez les personnes en bonne santé. Le calendrier vaccinal de base est recommandé, ainsi que la vaccination antigrippale annuelle.

Bibliographie

  • Ishiguro T., Takayanagi N., Yamaguchi S., Yamakawa H., Nakamoto K., Takaku Y., et al. Etiology and factors contributing to the severity and mortality of community-acquired pneumonia. Internal Medicine, 2013; 52(3): p. 317-324.
  • Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP). Infections à pneumocoques : recommandations vaccinales pour les adultes. Avis du HCSP. Mis à jour le 27/11/2017. En ligne : https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=614
  • Kyaw M.H., Rose C.E. Jr, Fry A.M., Singleton J.A., Moore Z, Zell E.R., et al. The influence of chronic illnesses on the incidence of invasive pneumococcal disease in adults. The Journal of Infectious Diseases, 2005; 192(3): p. 377-386.
  • Marrie T.J., Tyrrell G.J., Garg S., Vanderkooi O.G. Factors predicting mortality in invasive pneumococcal disease in adults in Alberta. Medicine, 2011; 90(3): p. 171-179.
  • Marrie R.A., Elliott L., Marriott J., Cossoy M., Blanchard J., Tennakoon A., et al. Dramatically changing rates and reasons for hospitalization in multiple sclerosis. Neurology, 2014; 83(10): p. 929-37.
  • Verhaegen J., Flamaing J., De Backer W., Delaere B., Van Herck K., Surmont F., et al. Epidemiology and outcome of invasive pneumococcal disease among adults in Belgium, 2009-2011. Eurosurveillance, 2014; 19(31): p. 14-22.