Femmes allaitantes

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Publié le

L’allaitement maternel ne constitue pas une contre-indication à la vaccination à l’exception de la vaccination contre la fièvre jaune.

Si cela n’a pas été fait avant la grossesse, il est recommandé́ de mettre à jour l’ensemble des vaccinations notamment celles contre la coqueluche et la rubéole (vaccin combiné ROR), en post-partum immédiat même si la femme allaite. La vaccination contre la varicelle doit également être pratiquée en post-partum en l’absence d’immunité.

D’autres vaccinations sont recommandées dans des situations particulières : pneumocoque, hépatite B, fièvre jaune pendant la grossesse et en post-partum à évaluer en fonction de l’analyse bénéfice/risque.

La vaccination de la mère qui allaite n’est pas un motif pour modifier la vaccination de l’enfant lorsque cette dernière est prévue.

Une injection d’immunoglobulines anti-D ou une transfusion sanguine récente ne sont pas des contre-indications à la vaccination dans le post-partum immédiat (accord professionnel).

Les vaccinations peuvent être réalisées par un médecin ou une sage-femme.

Vaccins inactivés au cours de l’allaitement

Ces vaccins étant dépourvus de pouvoir infectant, il n’y a pas lieu de craindre une infection de l’enfant lors d’une vaccination chez une femme qui allaite.

Tableau 1 : Vaccins inactivés pouvant être administrés au cours de l’allaitement.

Grippe saisonnière

Chez une patiente sans facteur de risque accouchant durant la période de circulation virale (novembre à avril pour l’hémisphère nord et mai à octobre pour l’hémisphère sud) et dont l’enfant présente des facteurs de risques, une vaccination est recommandée et devrait être pratiquée dès la maternité.

Coqueluche

Vaccination recommandée dans le cadre du cocooning. Dans ce cas, le délai minimal séparant une vaccination DT-polio de l’administration du vaccin quadrivalent (dTcaP polio) peut être amené à deux ans.

Choléra
Diphtérie
Encéphalite à tiques
Encéphalite japonaise
Haemophilus influenzae b
Hépatite A
Hépatite B
Leptospirose
Méningocoque
Papillomavirus (HPV)
Poliomyélite
Rage
Tétanos
Typhoïde

Possible

Télécharger et imprimer la figure

Vaccins vivants atténués au cours de l’allaitement

Fièvre jaune

Il n’existe que très peu de cas rapportés suggérant qu’une transmission du virus vaccinal de la fièvre jaune au nourrisson lors de l’allaitement maternel par une mère vaccinée en post-partum puisse se produire.

En cas de transmission, les nourrissons peuvent éventuellement développer une maladie neurotrope associée à la vaccination anti-amarile, dont ils guérissent.

La vaccination contre la fièvre jaune ne doit pas être administrée aux mères qui allaitent, sauf en cas de besoin clairement identifié comme dans le cadre de la lutte contre une épidémie et après évaluation du rapport bénéfice/risque.

Si la femme qui allaite doit être vaccinée, l’allaitement maternel sera suspendu pendant deux semaines.

Varicelle

La vaccination contre la varicelle est possible chez la femme non immunisée qui allaite.

Une grossesse doit être évitée dans le mois qui suit une injection de vaccin contre la varicelle.

Rougeole

Un passage du virus vaccinal dans le lait a été mis en évidence. Aucune conséquence particulière n’est survenue chez les enfants allaités. La vaccination contre la rougeole peut être réalisée pendant l’allaitement.

Une grossesse doit être évitée dans le mois qui suit une injection de vaccin contre la rubéole, les oreillons et la rougeole.

Oreillons

Il n’y a pas de données publiées sur le passage du virus vaccinal des oreillons dans le lait. La vaccination contre les oreillons peut être réalisée pendant l’allaitement.

Une grossesse doit être évitée dans le mois qui suit une injection de vaccin contre la rubéole, les oreillons et la rougeole.

Rubéole

Un passage dans le lait a été mis en évidence. Aucune conséquence particulière n’est survenue chez les enfants allaités. La vaccination contre la rubéole peut être réalisée pendant l’allaitement.

Une grossesse doit être évitée dans le mois qui suit une injection de vaccin contre la rubéole, les oreillons et la rougeole.

La Haute Autorité de santé (HAS) rappelle l’importance de la vaccination ROR d’une femme non immune en post-partum immédiat, avant la sortie de la maternité, rappelant que l’allaitement maternel ne constitue pas une contre-indication.

Une injection d’immunoglobulines anti-D ou une transfusion sanguine récente ne sont pas des contre-indications à la vaccination dans le post-partum immédiat.

Bibliographie