Vaccination et don du sang

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Publié le
Mis à jour le

globules rouges

Le don du sang est réglementé par une directive européenne, selon des critères de sélection des donneurs communs à tous les Etats membres de l’Union européenne. En France, cette directive est transposée sous la forme d’un arrêté ministériel.
Du fait de la transmission potentielle d’un agent pathogène, certaines vaccinations peuvent être une contre-indication au don du sang.

Vaccins vivants atténués

Le don du sang est contre-indiqué durant quatre semaines après les vaccinations suivantes :

  • Fièvre jaune,
  • Oreillons,
  • Poliomyélite (vaccin oral),
  • Rougeole,
  • ROR (Rougeole, Oreillons, Rubéole combiné),
  • Rubéole,
  • Variole,
  • Varicelle,
  • Zona,
  • Tuberculose (BCG),
  • Choléra (CVD 103-HgR).

Vaccins inactivés

Vaccin inactivé

Sans exposition à l'agent infectieux

Si vaccination après exposition à l'agent infectieux

Tétanos

Don autorisé

4 semaines

Grippe

Don autorisé

1 semaine

Poliomyélite (vaccin injectable)

Don autorisé

Sans objet

Coqueluche

Don autorisé

Sans objet

Méningocoques A et C

Don autorisé

2 semaines

Fièvre typhoïde

Don autorisé

4 semaines

Hépatite A

Don autorisé

6 semaines

Leptospirose

Don autorisé

2 semaines

Pneumocoque

Don autorisé

Sans objet

Haemophilus

Don autorisé

Sans objet

Encéphalite japonaise

Don autorisé

Sans objet

Encéphalite à tiques

Don autorisé

1 an

Hépatite B

4 semaines après chaque injection*

4 mois

Rage

Don autorisé

1 an

Choléra (WC/rBS)

Don autorisé

Sans objet

Papillomavirus humains (HPV)

Don autorisé

Sans objet

Diphtérie

Don autorisé

Sans objet

* La recherche d’antigène HBs peut être faussement positive dans les jours qui suivent la vaccination contre l’hépatite B. Un résultat positif entraîne la destruction des produits sanguins issus du don, des tests inutiles et l’obligation de contacter le donneur, avec le risque de l’inquiéter inutilement.

Télécharger et imprimer ce tableau.

En cas de vaccination de moins de deux ans contre l’hépatite B ou le tétanos, le don du sang est particulièrement recommandé afin de fabriquer des produits sanguins aux propriétés protectrices, du fait de la présence d’anticorps.
A partir du don du sang d’une personne vaccinée depuis moins de deux ans, des sérums antitétaniques ou anti-HBs peuvent être extraits et administrés à une autre personne : ils permettent de protéger, par exemple, des patients souffrant d’une blessure à risque de tétanos, les patients dialysés ou encore les nouveau-nés dont la mère est porteuse d’AgHBs.
Aujourd’hui, aucun médicament ne peut se substituer au sang humain pour ce type de traitement.

Pour en savoir plus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies sur votre terminal et l’utilisation de ceux-ci à des fins de mesure d’audience dans le but d’améliorer votre expérience utilisateur.

✓ OK, tout accepter Personnaliser En savoir plus